Le site de référence pour mieux comprendre l’homéopathie

Le médecin homéopathe est un médecin à part entière. Il s’enquiert du motif de consultation, des antécédents personnels et familiaux, des traitements passés et en cours. Il écoute le patient, l’interroge, l’examine. Tout cela à seule fin de prescrire un traitement cohérent, comme tous les médecins le font ou devrait le faire.
De façon plus spécifique, la consultation homéopathique est un acte au cours duquel lemédecin doit avoir sans cesse présent à l’esprit le but recherché et les moyens dont il dispose pour y parvenir.

Le but : en plus d’avoir à poser un diagnostic clinique et nosologique (critères de la maladie) précis, le but est la prescription du ou des médicaments homéopathiques ; autrement dit trouver le diagnostic du ou des médicaments (remède) homéopathiques de la maladie du patient. Pour atteindre ce but, il convient de recueillir les signes caractéristiques de la maladie nosologique dont le patient est atteint, mais aussi les signes caractéristiques, pathognomoniques, spécifiques, propres au patient dans ses modalités réactionnelles à sa maladie : type de douleurs (brûlure, piqure, contusive etc.), sensations, influences de la chaleur, du froid, influences alimentaires, positionnelles, climatiques etc.

Les moyens : observer, écouter, écrire, interroger, examiner, hierarchiser, prescrire :

- observer le patient, sa morphologie, sa façon d’être, de s’habiller, ses attitudes...
- écouter et entendre, attentivement, patiemment l’histoire du patient, avec ses mots ...
- écrire ce qui est caractéristique, de façon littérale, les mots et expressions du patient...
- interroger avec des mots simples, sans suggérer à la recherche de l’information utile...
- examiner sans bousculer, avec soin en poursuivant l’observation.
- hiérarchiser, coordonner les symptômes, faire la synthèse du tableau clinique.
- prescrire les examens éventuels nécessaires et rédiger l’ordonnance.

L’ordonnance : elle comporte un seul ou plusieurs médicaments homéopathiques selon que le médecin relèvera d’une formation uniciste, pluraliste ou complexiste.

Du fait de cette prise en charge particulièrement riche, qui s’apparente à une véritable expertise, la consultation homéopathique se montre nettement plus chronophage qu’une consultation conventionnelle, en fonction également de l’expérience du médecin.

 

L’homéopathie doit être exercée par des professionnels de santé formés et pleinement intégrés dans les parcours de soins

Lhoméopathie est une discipline médicale reconnue par l’Ordre des médecins7.  Les médecins, les   sages-femmes   et   les   chirurgiens-dentistes « homéopathes » sont des professionnels de santé diplômés dans leurs domaines médicaux respectifs.  Ils ont suivi une formation complémentaire diplômante, à l’université dans le cadre d’un diplôme universitaire (DU) ou au sein d’écoles reconnues, qui leur a permis d’obtenir les compétences indispensables à l’exercice de l’homéopathie dans le cadre de leur pratique médicale.

Aujourd'hui en France, 1 médecin généraliste libéral sur 3 déclare prescrire quotidiennement des médicaments homéopathiques8 soit près de 20 000 médecins généralistes. Par ailleurs, 78% des sages-femmes libérales prescrivent régulièrement des médicaments homéopathiques à leurs patientes9

Tous les professionnels de santé diplômés en homéopathie sont pleinement intégrés dans le parcours de soins des patients, en ville et à l’hôpital.

50% des patients suivis par un médecin homéopathe le déclarent comme leur médecin traitant10. En second recours, tout médecin peut orienter ses patients vers un médecin homéopathe correspondant pour compléter la prise en charge ou pour répondre à la demande du patient11.

Lhoméopathie fait également partie de la pratique quotidienne des pharmaciens. Ceux-ci mettent à disposition des patients des médicaments homéopathiques prescrits par les médecins, délivrent des conseils, accompagnent les demandes en automédication et réalisent ou sous-traitent des préparations magistrales homéopathiques sur prescriptions médicales.

 

7 Lebatard-Sartre R, Chassort, Colson, Haefeli, Monier,  Mozar.  Rapport sur la commission d'étude sur l'homéopathie (1995-1997). La Revue d'Homéopathie, 2018 ; 9 :1102-7

8 Enquête  réalisée par IPSOS  pour Weleda,  / Lehning/  Boiron auprès des 302 médecins généralistes libéraux représentatifs  de la population

interrogée. La représen- tativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur la base des données de la DRESS (données RPPS)

concernant les variables de sexe, âge, région, catégorie dagglomération dexercice. Lenqte a été réalisée entre le 4 et le 13 mars 2019

9 Etude « Les sages-femmes libérales et l’homéopathie » réalisée en 2013 par Imago auprès de 212 sages-femmes libérales

10 Homeopathic medical practice for anxiety and depression in primary care: the EPI3- cohort study Lamiae Grimaldi-Bensouda1,2*, p. 3

11 Convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance maladie - 2016

Webmaster: MS-TRADING 2020